Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MASS EFFECT, la trilogie

Publié le par Stetko

Reprise de l'activité sur le blog après de longs mois d’absence, veuillez m'en excuser. Je vais tenter de rattraper le temps perdu à travers une série d'articles couvrant les trois catégories du blog afin je l'espère d'être à jour pour la fin du mois.

J'ouvre le bal donc avec un article Retro Games sur une saga pas si vieille que ça mais qui me tiens particulièrement à cœur et dont il est bon de parler à l'approche imminente de la sortie de son prochain opus : MASS EFFECT.

 

MASS EFFECT, la trilogie

Shepard (par défaut)L'histoire de de la trilogie se déroule dans le futur, et il va être compliqué de l'expliquer simplement tant le background du jeu est dense et important pour la compréhension et l'aventure, je vais donc tenter de faire au mieux.

Pour partir sur des bases solides et connues de tous nous avons qu'à comparer le type d'univers de Mass Effect à celui de Star Wars, dans les grandes lignes. Voyage spatiaux à travers une galaxie peuplé de multiples races extra-terrestres avec les conflits politiques que cela peut engendrer, seulement ici il s'agit notre galaxie, la Terre y est présente et les Humains se sont rassemblés sous une même bannière : celle de l'Alliance. C'est là que l'aventure commence puisque vous incarnez le Commandant Shepard, soldat émérite de cette dernière, qui pars à bord d'un vaisseau expérimentale de pointe née de la collaboration entre Humains et Turiens (une race alien) pour une mission secrète de sauvetage.

Vous voilà donc bazardé sur Eden Prime, une colonie Humaine aux paysages paradisiaques, à la tête de votre trinôme, et c'est là que les emmerdes commencent… Même pas le temps de retenir le nom de vos deux coéquipiers qu'il y en a déjà un qui se fait tuer par des IA appelé Geth et que dont on avais pas eu signe d'existence depuis bien longtemps ! Bref, vous vous frayez un chemin tant bien que mal à la recherche d'indices sur ce qu'il s'est passé sur cette planète car tout le monde semble être mort à l'exception d'une survivante qui rejoindra votre équipe et deviendra l'un des personnages majeurs tout au long de la trilogie… ou pas, selon vos choix ! Au final vous trouvez une balise Protheènne que les Geths, sous les ordres d'un Turien du nom de Saren, semblent vouloir protéger. Les Prothéens sont une race supérieurement avancé dont la technologie à servis de base à celle de toutes les espèces de la galaxie, mais qui ont mystérieusement totalement disparus il y a des millions d'années.

 

Saren et des GethsEn s'approchant de la balise, Shepard reçoit des visions de cette dernière et apprend l'existence d'un grand danger inconnu qui menace d'envahir la galaxie. On apprendra un peu plus tard que ce danger a un nom : Les Moissonneurs. L'objectif est donc simple, empêcher Saren de ramener les Moissonneurs, ce qui serait signe d'extinctions de toutes formes de vies intelligentes, comme pour les Prothéens. Objectif simple certe, mais mis en œuvre compliqué puisqu'à cause d'histoires politiques inhérent au background de l'histoire ainsi qu'à quelques manipulations bien placées, Mass Effect 1 vous promet pour une vingtaine d'heures minimum pour déjouer les plans de Saren… mais pas que !

 

S'en suit les événements de Mass Effect 2 où là encore il s'agit de retarder l'arrivé pourtant inévitable des Moissonneurs et enfin le bouquet final avec Mass Effect 3 dans lequel vous devrez réussir l'impossible en fédérant toutes les races de la galaxie, à l’instar d'un Dragon Age, afin de gagner tant bien que mal la guerre contre les Moissonneurs qui ont finalement commencés leur invasion et que rien ne semble pouvoir stopper.

 

Voilà donc pour l'histoire en version très succincte et sans spoiler.

La Citadelle, centre politique et économique de la galaxie

La Citadelle, centre politique et économique de la galaxie

Mass Effect sont des RPG avec un système de conversation à choix multiple (décidément j'aime vraiment ces jeux!) et même si la finalité, enfin les 4 finalités, seront les mêmes pour tout le monde, la manière d'y arriver ainsi peut être plus ou moins chaotique en fonction de nos décisions, c'est donc là tout l’intérêt de cette saga, surtout durant la fameuse « mission suicide » de Mass Effect 2 qui peut virer au drame et même avoir des conséquences non sans répercussions sur la fédération de certaines races lors de Mass Effect 3. La roue des dialogues se compose de la même manière tout au long des trois jeux, avec des dialogues pragmatique, neutre et conciliant. Lors de prise de décisions importantes des dialogues bonus pragmatique et conciliant peuvent être débloqué en fonction de votre style de jeu, et permettent une solution extrême, aussi dans le bon que parfois aussi dans le moins bon.

A noter également que vos choix dans Mass Effect 1 se répercuterons logiquement via importation de sauvegarde dans Mass Effect 2 et 3. Il s'agit par conséquent de gérer toutes les situations au quelles nous sommes confronté avec un minimum de réflexion, d'autant plus que certaines décisions seront extrêmement difficile à prendre quelque soit la solution et il faudra faire avec par la suite. Une multitude de chemins donc pour terminer cette aventure, certains changeant de manière assez radical le background de l'univers et avec plusieurs caractères possibles pour Shepard. Bref un titre à la rejouabilité extraordinaire.

Shepard et Joker, le pilote

Shepard et Joker, le pilote

Attaquons nous à chacun des trois jeux individuellement pour parler de leurs forces et faiblesses :

 

Mass Effect 1, sortie en 2007. Et oui bientôt 10 ans pour la saga à succès. Les points forts de ce premier opus sont incontestablement son univers, car c'est lui qui pose 95 % du background de la trilogie, c'est dire si l'histoire de cette galaxie que nous parcourons a été incroyablement réfléchie et détaillée, allant jusqu'à intégrer des éléments n'ayant aucunes importance concrète pendant le jeu mais participant a renforcer cette sensation de faire partie d'un tout, d'un univers cohérent où rien n'est là par hasard ou inexpliqué, à l'instar de Star Wars. Nous recevons toutes ses informations nécessaire au fur et à mesure, quand cela s'avère être utile, ne nous surchargeant pas le crâne d'une multitudes de données. Pour le reste, c'est en faisant les missions secondaires et en s’intéressant au background que l'on en apprend plus.

Autre grande réussite : le système de pause active. Celui-ci permet de façons très simple de figer l'action à n'importe quel moment, surtout en combat, pour ouvrir soit une roue d'armement où l'on peut sélectionner les armes de chaque membres du commando, soit une roue de compétence pour sélectionner un pouvoir ou capacité spéciale à lancer sur un ou plusieurs ennemis choisis. Sachant que l’associassions de certains pouvoirs de nos compagnons et nous même combinés peuvent avoir un effet dévastateur. La pause active permet donc le rendre les combats beaucoup plus stratégique, surtout face à des adversaires aux capacités particulières. Ce système et présent dans les 3 titres et est la base du gameplay.

 

Concernant les points négatifs, il est difficile de passer à coté de la musique qui malheureusement et parfois loin d'être aussi épique que l'est la situation dans laquelle on se trouve notamment à la fin du jeu, dommage, on aurait pu en avoir de véritables frissons.

La gestion de l'équipement et pour moi le plus gros point faible du titre. Non pas car il est mauvais, non, il est très complet, peut-être même trop, à l'image de la multitudes de types de munitions disponibles et sachant que seul 3 ou 4 sont utiles. Le gros problème c'est que l'on passe autant de temps dans les menus pour gérer tout ça qu'à jouer. Vous me direz « oui c'est bien la gestion dans un RPG, ça fait partie du style ! », oui mais là c'est trop. Encore si tout était vraiment utile, je dis pas, mais là non.

 

 

Mass Effect 2, 2009. Un véritable coup de maître ! Le plus aimé des trois pour beaucoup, il gomme tout les gros défauts du premier. Une gestion de l'inventaire beaucoup rapide et intuitive qui permet un jeu plus nerveux, une musique à la hauteur des émotions que les images veulent transmettres, avec notamment une bande-son a tomber lors de la « mission suicide », grand final du jeu qui se termine en apothéose. Les éléments qui on fait la réussite de son prédécesseur on encore été amélioré, un véritable plaisir a jouer.

Autre force de ce titre : Les personnages. Bien que nous retrouvons quelques protagonistes de l'équipe d'origine (fort attachants d'ailleurs), le bon coup vient de certains des nouveaux membres de l'équipe qui sont instantanément devenus culte, à l'image de Miranda Lawson, Samara, Thane, Grunt. On prend son pied a parcourir la galaxie avec eux à notre coté.

A noter aussi le Normandy SR2, nouvelle version du SR1 présent dans le précédent opus, qui est juste magnifique, superbe ! Pour moi le plus beau vaisseau spatial designer à ce jour, tout média confondus.

 

Quant aux défauts, car il y en a quand même, quand dans tout jeux, je citerais en tout premier lieu le système de scan des planètes pour trouver des ressources afin de pouvoir développer des améliorations pour des armes, équipements et surtout pour le Normandy. Vous l'aurez compris il est donc important de récupérer ces matériaux, sauf que le scan est long, même très long si on veux tous bien optimiser. On passe des heures entières a scanner des planètes au 4 coins de la galaxie, et au bout d'un moment c'est saoulant.

Autre semi-défaut, c'est le fait que l'histoire (bien que vraiment très bonne) laisse la trame générale de la trilogie un peu au point mort et n'apporte pas tant que ça au final quand on y repense, bien qu'on ait vécue une aventure extraordinaire, qui est quand même plus axé sur la relation entre les personnages.

 

 

Mass Effect 3, 2012. Ma fois il n'y a rien a jeter dans ce final. On reprend les bases de l'opus précédent et on l'améliore, notamment le système de scan qui est maintenant plaisant à utiliser, et en ajoutant quelques petites nouveautés rendant le gameplay encore plus jouissif et intense. La mis en scène se rapproche encore un peu plus de ce que l'on peux faire dans un film, nous gratifiant de temps à autres de passages tout simplement cultes et de répliques toujours bien placées. Que dire de plus si ce n'est qu'il s'agit de la synthèse de tous ce qu'il s'est fait de mieux depuis le premier jeu avec encore des améliorations.

 

Les défauts, je n'en trouve pas vraiment en réalité dans ce jeu, du moins pas des qui mérites d'être réellement cités. Si je devais en trouver un je dirais le personnage de Kai Leng, qui personnellement me dérange un peu car pour moi ne colle pas tout à fait avec l'univers de la saga.

Après il y a toujours la polémique de sa fin qui a fait couler beaucoup d'encre. Pour ma part je ne m'attendais pas vraiment à ça comme fin, mais de là a être outré comme certains, non je suis pas d'accord. Certe ça aurait pu être mieux mais ce n'est pas une fin dégueulasse non plus, même si pour moi la meilleur vision de la fin nous vient tout droit des forums officiels de Mass Effect avec la théorie de l'endoctrinement, qui offre un dénouement pour travaillé et torturé, qui offre un final plus mature et plein de suspense d'autant plus que cela tiens parfaitement la route et est somme toute logique.

Garrus, Shepard, Liara

Garrus, Shepard, Liara

Les jeux Mass Effect, sont aussi les premiers (hors jeux spécialisés évidement) a introduire la notion de romance, ce qui fait également partie de ce qui a fait le succès de la saga. Effectivement, et c'est unique à l'époque, nous avons la possibilité d'établir au fur et à mesure que le jeu progresse une relation amoureuse avec différents personnages selon si nous avons choisis d'incarner Shepard homme ou femme à la création de personnage. Une romance qui selon nos choix peux très bien n'être une histoire que d'un opus, passant à une autre conquête dans le suivant ou de toute la trilogie. Chaque histoire est différente et ceci accentue encore bien plus l'attachement envers les différents protagonistes. Car oui, ce qui fait certainement l'une des plus grande force de Mass Effect, se sont les autres personnes qui gravitent autour de nous durant l'aventure. Des personnages qui pour certains deviennent encore plus attachants et cultes que votre Shepard même ! Je pense notamment à Liara, Garrus, Tali ou encore Joker, qui nous ont accompagné tout au long des trois jeux et à qui il est tellement facile de s'identifier de part leur histoire et leur caractère.

Autre symbole culte de la franchise : Le Normandy, et plus particulièrement le SR2. Un véritable bijoux, un vaisseau qui a transcender sa condition de simple moyen de transport hi-tech, à l'instar du Faucon Millénium (toute proportions garder évidemment) pour devenir bien plus que cela aux yeux des fans, et même de certains impies. Car oui, il y a des personnes qui n'ont jamais joué à Mass Effect qui connaissent malgré tout ce vaisseau.

MASS EFFECT, la trilogie

Vous l'aurez donc compris, la trilogie Mass Effect de Shepard, puisque la saga continue mais sans lui (ou elle selon vous choix à la création du personnage), est tout simplement un monument du jeux-vidéo, possédant des fans dévoués partout autour du globe. C'est une référence dans son genre et je ne remercierais jamais assez un ami de me l'avoir fait découvrir sur le tard.

Mass Effect c'est une aventure épique, impliquant des milliards d'êtres vivants et toute une galaxie, le tout dans un univers extrêmement riche et complet, un univers dans lequel on se plaît à se perdre pour en savoir toujours plus sur les Krogans et autres Asaris. Des planètes vivantes où l'on aime écouter les conversations et parfois même y participer. Sans compter l'humour toujours présent au bon moment, sans être lourd, tout au long des trois volets.

 

Une réussite incontestable, une trilogie culte.

Commenter cet article